Ultimate magazine theme for WordPress.

Elections municipales 2020 : Triomphe d’EELV, déroute pour LRM… Suivez les réactions en direct

Elections municipales 2020 : Triomphe d’EELV, déroute pour LRM... Suivez les réactions en direct thumbnail

Trois mois après un premier tour déjà bouleversé par la crise due au coronavirus, le second tour des municipales, dimanche 28 juin, s’est révélé hors normes, avec un taux d’abstention record et une vague verte.

Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Poitiers, Besançon : les écologistes ont remporté de nombreuses grandes villes, franchissant une étape décisive de leur histoire qui pourrait les propulser comme force majeure de la prochaine élection présidentielle.

Après cette déferlante verte, Emmanuel Macron devrait intervenir dès lundi matin en recevant à l’Elysée les membres de la Convention citoyenne sur le climat à qui il entend apporter des « réponses fortes (…) à la hauteur des enjeux et des attentes », fait savoir l’Elysée à l’Agence France-Presse (AFP).

Ce second round a également été marqué par un taux de participation en berne, entre 40 % et 41 % selon les estimations, contre 62,1 % en 2014. Malgré des précautions sanitaires exceptionnelles (port du masque obligatoire dans les bureaux de vote, gel hydroalcoolique) et le reflux de l’épidémie, une large majorité des 16,5 millions d’électeurs appelés à voter dans 4 820 communes ont boudé les isoloirs.

Les résultats dans les grandes villes :

  • Edouard Philippe est élu au Havre, avec 58,83 % des voix.
  • Louis Aliot (Rassemblement national) l’a emporté à Perpignan avec 53 % des voix.
  • Anne Hidalgo l’a emporté à Paris avec plus de 49 % des voix.
  • L’écologiste Eric Piolle est réélu à Grenoble avec 53,13 % des voix.
  • Michèle Rubirola (PS-PCF-LFI-EELV) est en tête à Marseille.
  • Michaël Delafosse (PS) a remporté la mairie de Montpellier avec 47,23 % des voix.
  • A Strasbourg, Jeanne Barseghian (EELV) est victorieuse.
  • L’écologiste Pierre Hurmic l’a emporté à Bordeaux.
  • A Nancy, Mathieu Klein (PS-PCF-EELV) ravit la mairie au sortant.
  • Martine Aubry est réélue à Lille.
  • Grégory Doucet (EELV) ravit Lyon à Gérard Collomb.
  • A Toulouse, Jean-Luc Moudenc (LR-LRM) est réélu avec un score de 51,98 %.
  • A Bastia, Pierre Savelli conserve son fauteuil de maire.
  • L’écologiste Emmanuel Denis sort victorieux à Tours.
  • A Nice, Christian Estrosi est réélu avec 59,30 % des voix.

Qui anime ce direct ?

Nos journalistes Simon Auffret et Camille Bordenet relaient les dernières informations et répondent à vos questions.

Nos principaux articles sur les élections municipales :

Voir la nouvelle actualité
Sur lemonde.fr

Nous terminons ici l’échange avec Françoise Fressoz ainsi que ce direct consacré aux réactions politiques au lendemain du second tour des élections municipales. Merci à toutes et tous de votre participation et de vos questions, nous vous invitons à vous rendre sur ce nouveau direct pour suivre dans quelques minutes les annonces d’Emmanuel Macron à la suite des propositions de la convention citoyenne pour le climat.
 

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Enigme,

On sent qu’il a envie de prendre des risques, d’incarner, comme en 2017, une forme de “disruption” pour ne pas se faire balayer en 2022. Mais la force de son premier ministre plus populaire que lui et clairement vainqueur au Havre lui complique la tâche. Edouard Philippe est en effet celui qui arrime le centre droit au macronisme.

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Hugo,

Si, bien sûr, mais le contexte dans lequel se déroule l’élection est lui-même étonnant. La politique économique et sociale menée par Emmanuel Macron n’a plus rien à voir avec celle du début du quinquennat. L’épidémie liée au coronavirus a rebattu les cartes, chacun doit se réinventer en tenant compte de la double urgence sociale et écologique dans un contexte de crise de la représentativité politique. Sous ce prisme, le résultat des élections municipales, même fortement marqué par l’épidémie, est riche d’enseignements. 

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Charles,

Pour espérer l’emporter en 2022, la gauche doit effectivement s’unir le plus largement possible, mais le schéma municipal n’est pas forcément reproductible au niveau national, car des divergences essentielles existent. Par exemple, sur la décroissance, la taxe carbone ou encore la place du nucléaire.

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Doug,

Le confinement a sans doute accéléré la prise de conscience écologique. En s’accordant un temps de recul sur leur vie, beaucoup se sont rendu compte qu’elle n’était pas satisfaisante. La présence au travail, la reprise du train-train métro-boulot-dodo dans des conditions souvent difficiles ne vont plus de soi. Il y a une aspiration au changement que les écologistes incarnent dans un contexte marqué par le dégagisme sous toutes ses formes. 

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Sig, 

Il y a des causes conjoncturelles, liées à l’épidémie : des électeurs ont eu peur de se déplacer aux urnes. Beaucoup ont en outre perdu le fil de cette campagne d’entre-deux-tours, qui s’est étirée sur trois mois dans un contexte national qui a radicalement changé. Mais on peut craindre aussi des causes plus structurelles : d’élection en élection, la participation a tendance à s’effriter, y compris dans les scrutins locaux, car les citoyens se reconnaissent de plus en plus mal dans la représentation politique.

Le dégagisme est à l’œuvre depuis des années. Il se traduit de plusieurs manières : chute ou ébranlement de quelques grands bastions – comme à Lyon, Marseille, et même Lille, où Martine Aubry n’a sauvé son poste qu’avec 227 voix d’avance –, révoltes sporadiques – comme le mouvement des “gilets jaunes” – ou surgissement sur la scène nationale de novices qui tentent leur chance, parfois avec succès, en tablant sur le délitement du vieux système. Ce fut le cas d’ Emmanuel Macron en 2017.

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Signapo,

Au sein d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), pour espérer l’emporter en 2022, faut-il se rapprocher de La France insoumise ou au contraire viser l’électorat centriste ? Yannick Jadot et Eric Piolle, le maire de Grenoble, n’ont pas sur ce point la même analyse.

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour, Clarisse,

Je pense que oui. On aurait pu penser que l’ampleur de la crise économique et sociale liée à l’épidémie de Covid-19 reléguerait au second plan la demande écologique. Il n’en est rien. Les politiques de tous bords sont priés d’agir, et vite. En prévoyant des annonces dès aujourd’hui à l’issue de la convention citoyenne pour le climat, Emmanuel Macron semble l’avoir compris. Au niveau européen aussi, l’urgence écologique est prise en compte dans la philosophie des plans de relance. Maintenant, il faut passer au concret. 

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour,

Si, bien sûr, car leur légitimité risque d’être rapidement contestée ; d’abord par leurs opposants politiques, ensuite par la population si les décisions prises ne sont pas à la hauteur des attentes. Les écologistes vont connaitre l’épreuve du pouvoir dans des conditions périlleuses.

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour,

Ses élus résistent grâce à une bonne implantation locale. C’est souvent ce qui a sauvé le parti après ses revers aux élections nationales. Cependant, pour la première fois, son hégémonie sur le reste de la gauche est fortement mise en cause. Olivier Faure l’a d’ailleurs reconnu ce matin en disant qu’il était prêt à se ranger en 2022 derrière un candidat écologiste. 

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour Benoît,

La République en marche (LRM) avait beaucoup misé sur la capitale, qui devait être la vitrine du renouveau. Le parti présidentiel y essuie un terrible revers. Ni sa candidate, Agnès Buzyn, ni le dissident Cédric Villani ne seront en mesure de siéger au conseil de Paris. Ailleurs, le parti présidentiel entame une lente implantation en faisant élire une dizaine de milliers de conseillers municipaux mais sans parvenir à incarner le renouveau. La plupart des accords conclus entre les deux tours l’ont déporté sur la droite.   

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour,

Vous avez raison de le souligner : les Verts ne sont en conquête qu’alliés à d’autres partis de gauche. En outre, le Parti socialiste résiste plutôt bien. On le voit notamment à Paris, mais aussi à Dijon, Nantes, Rennes, Le Mans. Il est parfois même en conquête, comme à Nancy où Mathieu Klein a battu le maire sortant radical, Laurent Hénart. Il n’empêche, la vague écologiste est puissante. Elle a été portée par des exigences axées sur la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation de la biodiversité, le verdissement de la ville. Elle a fortement secoué Martine Aubry à Lille et elle a débouché sur la conquête de métropoles auxquelles les Verts n’osaient même pas penser il y a un an. Je pense notamment à Lyon et à Bordeaux. 

Tchat

Françoise Fressoz : Bonjour gd,

C’est trop tôt pour le dire. Il faudra attendre le résultats des élections régionales, théoriquement prévues en 2021, pour savoir si le score élevé des écologistes se cantonne aux villes et particulièrement aux métropoles ou si la répétition des catastrophes climatiques entraîne sur tout le territoire une demande écologique forte. 

Tchat

Le tchat avec notre éditorialiste Françoise Fressoz commence dès maintenant. Vous pouvez continuer à lui poser vos questions sur les leçons politiques à tirer du second tour des élections municipales.

Réactions

Les Verts n’entreront pas au gouvernement, assurent plusieurs responsables d’Europe Ecologie-Les Verts

Alors que se profile un remaniement ministériel d’envergure, le député européen Europe Ecologie-Les Verts (EELV) David Cormand a assuré lundi sur Public Sénat qu’“il n’y [aurait] pas de [ministres] EELV dans le gouvernement”, en faisant valoir que “le centre de gravité de la majorité actuelle, ce n’est pas l’écologie, ce n’est pas le social”.

“Nicolas Hulot a montré à quel point il avait été empêché d’agir”, a pour sa part rappelé Yannick Jadot sur Europe 1. “Il ne s’agit pas d’entrer dans un gouvernement qui gouverne seul ce pays”, a-t-il ajouté en appelant Emmanuel Macron à “agir” sans faire d’“opportunisme écologique”.

Vos questions

Nous ne réalisons pas de carte de France des résultats, tout simplement parce qu’elle serait peu lisible : la grande majorité des maires de France, édiles de petites communes, sont estampillés “sans étiquette”. Un format de carte ne donnerait donc pas une bonne indication de l’orientation politique du pays au lendemain de ce second tour. En revanche, vous pouvez consulter les résultats de chaque commune ici, et nous avons publié un peu plus tôt dans ce direct une carte de France sur la couleur politique dans les principales villes.

Sur lemonde.fr

Tchat

Notre éditorialiste Françoise Fressoz échangera avec vous à partir de 10 h 30 sur les leçons politiques à tirer du second tour des élections municipales. Posez-lui dès maintenant vos questions ! 

Sur lemonde.fr

Sur lemonde.fr

La maire socialiste sortante remporte l’élection avec 227 voix d’avance sur le candidat EELV, Stéphane Baly, après une soirée électorale mouvementée.
 

Voir plus

Source link